Devenir végane m’a poussée à réfléchir de manière plus consciente à ma manière d’interagir avec le monde.  Cela m’a donc poussé à de nombreuse réflexions, certaine ont aboutit à un résultat, une conclusion et d’autre sont sans cesse en cours de cheminement et ne serais-ce que par les questionnements qu’elles entrainent me permettent d’avancer.

Le véganisme m’a chamboulé.

Je suis devenue végane par égoïsme.
Je suis devenue végane parce que je ne supportais plus être la cause d’autant de souffrance envers les animaux.

J’ai été végétarienne avant d’être végane et quelque part j’ai honte car pendant des années je n’ai ouvert les yeux qu’à moitié ou plutôt je l’ai ai volontairement gardé mi-clos.

Après avoir réalisée qu’être végétarienne ne suffisait pas, je suis donc devenue végane et puis j’ai voulu tout changer, presque du jour au lendemain.
J’ai voulu être mieux.
Mieux envers les animaux.
Mieux envers la planète.
Mieux envers les autres humains.

Et surtout j’ai voulu faire plus, toujours plus.

Seulement à vouloir changer du tout au tout instantanément je me suis retrouvé ensevelis sous ces changements et je ne savais plus ou donner de la tête. Je n’étais jamais satisfaite de moi, je trouvais que je n’en faisais pas assez, jamais assez.
J’ai voulu réduire mes déchets.
Faire presque tout maison, cuisine, cosmétique, produits ménagés.
Faire beaucoup de sport pour que mon corps soit plus sain.
M’abreuver spirituellement, pour être plus ouverte.
Poursuivre mes études à la maison.
Participer activement à des actions pour lutter avec mon corps et pas seulement avec mes choix pour le bien être animal.
J’ai voulu m’investir dans tout et au final je ne l’étais dans rien

Je me suis épuisée.
Je n’arrivais à rien.

J’ai voulu être parfaite à l’image des influenceurs que l’on voit sur le net, et je dis bien à l’image car ce que l’on voit d’eux au final n’est qu’une image, n’ont pas qu’ils essaient de montrer une image fausse d’eux mais simplement que malgré toute leur sincérité on ne voit que ce qu’ils veulent partager, que des moments de leur vie, que ceux qu’ils choisissent de partager.

Évidement, et ce n’est pas si évident que cela, personne n’est parfait et ce sont aussi nos imperfections qui font de nous ce que nous sommes.

Le véganisme à ouvert une porte dans mon esprit, celle du questionnement.
Alors que j’étais habitué à accepter les choses telle qu’elles étaient présentées par la société, je n’osais pas remettre en question la pensée de masse car j’essayais depuis l’adolescence de faire partie de cette pensée de masse.
Je ne voulais pas me sentir à l’écart, je voulais m’intégrer.
Paradoxalement depuis que je suis végane je n’ai de cesse que d’essayer de me détacher de cette pensée de masse et des idées préconçues que j’ai pu ingérer tout au long de ma vie. Et c’est un vrai défis que de remettre ses propres pensées en question, de ce demander pourquoi je pense comme cela à propos de telle ou telle chose, es-ce vraiment mon propre raisonnement ?

Après avoir été consumé par le feu du changement j’ai décidé de me (re)poser et de presque tout reprendre à zéro, de me laisser du temps pour intégrer chaque changement à mon rythme à moi et surtout de ne pas perdre de vu le fait que je suis qui je suis et que j’ai mes propres contraintes (d’argent, de temps, de famille, de travail … ).

J’ai voulu faire un blog, d’abord parce que j’aime écrire et ensuite parce que je ressens le besoin de partager.
Au tout tout début j’ai voulu tenir un blog littéraire car la lecture est une de mes grandes passions mais je n’ai jamais trouvé en moi la rigueur nécessaire pour écrire des critiques. Je lis de manière chaotique parfois pas pendant plusieurs semaines et parfois, tel des crises boulimiques, je suis insatiable, donc pour la régularité on passera, et au final si je n’écris pas ce que je pense d’un ouvrage assez rapidement après l’avoir finit je perd beaucoup de la substance que je voulais partager et comme je procrastine beaucoup le projet est vite tombé à l’eau.
Le véganisme m’a donné un nouvel élan, je voulais partager cette nouvelle énergie, partager ce nouveau monde qui s’ouvrait à moi. J’ai donc fureté un peu sur le net et, sur le modèle de beaucoup de blog sur le sujet, j’ai voulu parler cuisine, produit de beauté, chaussure etc. Mais au final, et cela m’a prit beaucoup de temps, je me suis rendu compte que ce genre de blog n’est pas fait pour moi.
Pourtant l’envie de partager est toujours là et après réflexion j’en suis venue à la conclusion que ce sont ces fameux questionnements qu’il me fallait partager.
J’ai pensée un moment à simplement écrire dans un cahier, mais l’idée de ne jamais être lu ne me plaisait guère alors je préfère encore me livrer à l’internet au risque peut être de ne jamais être lu quand même, mais peu importe.

Me voilà donc à la fin de ce pavé jeté dans ma mare. J’ai décidé de réorienter mon blog vers quelques choses d’incertain. N’ayant pas énormément de temps libre il ne sera pas régulier et je ne suis même pas sûre de pouvoir, à l’heure actuelle, définir de ce dont il traitera, une seule chose est sûre est que je ne me forcerais pas à y déposer quoi que ce soit, il ne sera alimenté que par ce qui découlera naturellement de moi.

A ceux qui ont prit le temps de me lire et qui prendront, peut être, le temps de me lire par la suite.

Merci.

Si vous souhaitez continuer à me suivre.
C’est par ici -> https://fleursdhier.wordpress.com/2017/04/11/renaissance/

Publicités